Le Marquage Adhésif

Mots-clefs

, , , , , , , ,

Le marquage adhésif consiste à appliquer sur divers supports des créations graphiques (images, textes, logos) – imprimées et/ou découpées dans du vinyle autocollant, grâce à des machines d’impression numérique et de découpe.

Pour ce faire, L.C.S. travaille avec des machines d’impression et de découpe de dernière génération, de marques Roland, Mimaki, et Graphtec. Nous proposons également un service de pose et de livraison au client d’adhésifs prêts-à-poser. Nous vous garantissons un rendu vraiment professionnel.

Le processus de marquage

Il se déroule comme suis : une fois la matière découpée, on la « monte » sur un papier transfert afin de respecter la disposition du motif découpé lors de la pose. Le papier transfert est alors apposé sur le support final (vitrine, véhicule, panneaux, etc.). Quelques instants plus tard, on retire le papier transfert pour ne laisser que le marquage.

Il faut savoir que plusieurs types d’adhésifs existent, avec des gammes différentes et donc des tenues au support distinctes allant de 3 à 7 ans. Il existe aussi des supports imprimables micro perforés permettant la visibilité à travers l’adhésif imprimable – pour par exemple les lunettes arrières de voiture. Cela permet ainsi un « total covering » du support (recouvrement total).

La lamination est un procédé essentiel pour l’impression numérique puisque l’on plastifie l’adhésif permettant une meilleure tenue et résistance.

Le L.A.D. (lettrage adhésif) est quant à lui une découpe d’adhésif monochrome permettant à des coûts inférieurs à l’impression sur adhésif de mettre des écritures ou des logos vectoriel sur tous supports.

LES AVANTAGES DU PROCÉDÉ :

-> Plus souple que les techniques traditionnelles (sérigraphie, peinture, etc.)
-> Très bonne durée de vie du vinyle autocollant
-> Relativement peu coûteux

Vous l’avez compris, le marquage adhésif est indispensable pour votre communication visuelle! 

Publicités

NOTRE SPÉCIALITÉ: L’IMPRESSION DIRECTE SUR TEXTILE

Mots-clefs

, , , , , , , , , , ,

L’impression directe sur textile est une technique de marquage très récente,  elle date du début des années 2000. Boudée à ses débuts par son coût et par quelques problèmes techniques, l’impression directe apparaît aujourd’hui comme la meilleure technique de marquage textile

Actuellement ,nous sommes à la 3ème génération de machines. Lille City Shop s’est dotée d’une machine dernière génération de marque Brother, une des meilleures machines d’impression directe, si ce n’est la meilleure.

gt381-10

Les caractéristiques techniques :

– pas de différence de matière (ou peu sur textile noir et foncé) entre la zone d’impression et le textile.
– plus de 16 millions de couleurs
– résolution à 1200 dpi
– taille maxi par impression : 40cmx35cm
– fichier : jipeg, ai , psd, png, pdf, etc.
– textiles imprimables : t-shirt, polo, chemise*, tablier*, bandanas, sweats, jeans, pantalon ,sacs… avec minimum 50% coton

(* il est préférable d’utiliser du flex ou du flex imprimable pour ces textiles de couleur noir.)

ATTENTION : l’impression sur textile noir est la partie la plus complexe de cette technique : un logo peu volumineux (</=50 ko) avec un fond blanc à faire disparaître peut amener à de mauvaises surprises, il est important que le logo soit vectorisé ou de très bonne qualité.

Cette technique n’aime pas les gros aplats blanc sur textile noir, plus le dessin est complexe, plus cette technique sera adaptée… Il est préférable pour du simple lettrage sur textile noir de le faire en flex.

Une évolution surprenante

La première génération de machine d’impression directe était destinée qu’aux textiles de couleurs claires, impossible en effet d’imprimer sur des couleurs plus vives ou sur du noir. De nombreux problèmes liés aux têtes d’impression, à sa maintenance et à son coût élevé ont poussé un grand nombre de professionnels du secteur vers une autre technique concurrente : le transfert numérique. La deuxième génération (2006-2007) a résolu un grand nombre de ces problèmes, l’impression sur le textile noir entre autre mais aussi la qualité d’impression. Le coût toujours élevé et la mauvaises qualités de certaines machines n’ont pas amélioré l’image plutôt négative de cette technique. Cette image s’est nettement amélioré avec la 3 ème génération, on améliore la qualité d’impression avec une résolution  supérieur à 600 dpi. La maintenance est moins pénible et les encres améliorées donne une tenue au lavage comparable à la sérigraphie. Reste toutefois un problème lié à la consommation d’encres sur textile foncé.

Elle n’est donc pas parfaite, dans certain cas ( gros aplats blancs sur noir  ou grosse quantité en textile noir) , il est préférable de faire de la sérigraphie ou du flex selon le logo et les quantités.

La sérigraphie chez http://www.lillecityshop.fr/

Mots-clefs

, , , , ,

La sérigraphie est la technique d’impression la plus ancienne et la plus artisanale. Que ce soit avec un carrousel manuel ou automatique, elle permet de traiter des moyennes à grosses quantité des impressions et cela à faible coût.

 le nombre de produits minimum à imprimer, la maquette d’ l’impression et le nombre de couleurs seront les points évoqués pour connaître et donc utiliser à bon escient  cette technique.

La mise en route et les frais techniques expliquent les quantités minimum demandées. La production de quelques unités peut coûter jusqu’à 3 fois le prix de la même production par impression directe (technique similaire)

Il est important d’avoir un bon fichier, vous pouvez économiser des frais techniques et avoir le rendu que vous souhaitez. Le fichier doit être un fichier vectoriel avec séparation des couleurs par calques. Un fichier non vectorisé entraînera des frais techniques de 20 à 85eu TTC selon le temps passé à le traiter.. Les traits fins sont à éviter. L’encre (en particularité l’encre blanche) est épaisse et certains textes ou tracés peuvent disparaître.

Le prix de la sérigraphie varie également par le nombre de couleurs. Un logo 10 couleurs coûte environ 4 fois plus cher qu’un logo une couleur.